Présentation

 

Historique de la médiation sociale et culturelle

 

L’apparition de la médiation et son extension sont associées à différents facteurs qu’il nous paraît nécessaire de rappeler, parmi lesquels : 

Les flux migratoires des années 80 qui ont amené en France des femmes venues dans le cadre du regroupement familial, rejoindre leur mari et parfois avec des enfants.

Ces nouveaux arrivants sont accoutumés à un mode de vie traditionnel et c’est donc une véritable épreuve pour les femmes de se retrouver dans un  environnement moderne, avec une conception de la famille complètement différente (famille traditionnelle élargie, dans les pays d’origine,  famille mononucléaire, ici), la distribution des rôles  du père, de la mère également....

La situation d’exil a complètement bouleversé la famille et la méconnaissance de la langue a aggravé le désarroi des femmes. 

èLa crise économique en France a touché plus gravement les populations immigrées, dont font partie les nouveaux venus.

 

C’est dans ce contexte que les « femmes relais » volontaires, solidaires, et bénévoles ont été « utilisées » par des chefs de projets,  pour servir de relais d’information vers ces nouveaux venus, pour être surtout des interprètes et des accompagnatrices. La fonction était alors ethnicisée, et ne requérait aucune compétence professionnelle.

 

Dans les années 90, des professionnels de la santé se sont particulièrement penchés sur cette fonction nouvelle qui facilite le lien et la communication avec ces femmes immigrées, à qui il devenait urgent d’expliquer le mode de soins médicaux en France, alors qu’elles ont des habitudes de pratiques traditionnelles en matière de soins.

 

Ces médecins ont exprimé l’exigence de formation pour ces « femmes relais » afin qu’elles puissent jouer leur rôle de facilitatrices et d’interprètes de manière plus professionnelle en respectant un code de déontologie.

 

Les associations ont foisonné dans les quartiers, après que la loi ait autorisé, en 1981, les immigrés à diriger des associations ; certaines se sont spécialisées, s’appuyant sur ces « femmes relais » pour intervenir auprès des femmes, dans un objectif de socialisation  et d’intégration.

 

Progressivement, les associations ont mis en place les mêmes exigences de formation, pour que de femmes relais, elles deviennent des médiatrices formées.

 

C’est à partir de là que l’efficacité des médiatrices s’est réellement manifestée.

Leur fonction première fut d’initier les nouveaux venus aux habitudes et aux standards de la société française.

 



- Organisme : ASSOCIATION FEMMES RELAIS D'ANTONY (92)
- Partenaires : - Education Nationale, Service de promotion de la santé en faveur des éleves et le CIDF (médecins)
- Thématiques : Accès à la prévention, aux soins et aux droits - Promotion de la santé / Education pour la santé
- Populations : Enfants et leur famille - Personnes en situation de précarité
- Zones géographiques : 92 - Local
- Natures de financement : FNASS


Nos actions:

Promouvoir la prévention de la santé auprès de familles en situations de vulnérabilité sociale.
Promouvoir la prévention et la santé auprès des familles du grand ensemble
Expliquer aux parents le signalement établit par la médecine scolaire
Démontrer aux parents l'importance d'un suivi médical pour leurs enfants et pour eux mêmes
Accompagner les parents dans les démarches d'accès aux soins; prendre en charge l'accompagnement de l'enfant et du parent chez le médecin; assurer le suivi des soins en impliquant les parents dans le but final d'atteindre l'autonomie de la famille dans la prise en charge de sa santé
Recenser les besoins "santé" des familles du grand ensemble, les faire connaître lors des réunions mensuelles organisées par les médecins scolaires